Procès Abdeslam: le silence, une stratégie sans bénéfices évidents

Procès Abdeslam: le silence, une stratégie sans bénéfices évidents
Reuters

C’est l’un des paradoxes de la première journée du procès de la rue du Dries. Salah Abdeslam est venu dire qu’il ne dirait rien et tout le monde en a parlé. Le choix du silence effectué par le seul acteur direct, vivant, des attentats de Paris s’inscrit dans la lignée du comportement qu’il a adopté dès 2016. Quand ses avocats avaient dû constater l’impossibilité pour eux de le défendre, Salah Abdeslam s’étant muré dans le silence. « Pour assurer la défense d’un homme, il faut être deux, l’avocat et l’accusé  », avaient-ils alors indiqué.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct