Procès Abdeslam: quand peut-on parler de «terroriste»?

Procès Abdeslam: quand peut-on parler de «terroriste»?

Olivier Roy est directeur de recherches au CNRS et enseigne à l’Institut universitaire européen de Florence. Islamologue réputé, il a notamment publié en 2016 « Le djihad et la mort » (Seuil), livre dans lequel il note comment, depuis l’attentat perpétré en 1995 par Khaled Kelkal, terrorisme et djihadisme sont désormais associés à une quête délibérée de la mort. S’appuyant sur cette thèse et la retournant, la défense de Sofien Ayari a tenté de démontrer que les prévenus ne pouvaient, selon cette grille d’analyse, être reconnus coupables de terrorisme, dès lors qu’ils ont pris la fuite lors de l’intervention de la rue du Dries à Forest, et n’ont pas cherché à mourir en martyrs. Nous avons demandé à Olivier Roy si un tel argument était à ses yeux recevable.

Votre réaction à l’utilisation de votre livre pour tenter de disculper Abdeslam et Ayari ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct