La pollution, le froid: cocktail pour un infarctus

«
Indépendamment de la pollution, un temps froid et sec multiplie le risque d’infarctus
», 
analyse le cardiologue Jean-François Argacha, chercheur en cardiologie à la VUB.
« Indépendamment de la pollution, un temps froid et sec multiplie le risque d’infarctus », analyse le cardiologue Jean-François Argacha, chercheur en cardiologie à la VUB. - photo news.

Deux millions : c’est, par an, le nombre de décès des suites de maladies cardiovasculaires dans l’Union européenne (UE). C’est presque la moitié (42 %) des décès comptabilisés en Europe. « Sans changement de politique, le nombre de personnes atteintes par ces maladies, avec le vieillissement de la population, pourrait drastiquement augmenter : d’ici à 2040, on risque de voir une augmentation de 25 % chez les plus de 65 ans », prévient Marc Claeys, le président de la Société belge de cardiologie (BSC), au 37e congrès annuel de l’association qui se tient à Bruxelles ces jeudi et vendredi. Il y inaugure la création de la Fondation belge pour le cœur qui vise à rassembler des fonds pour la recherche en la matière.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct