«Je dis bonjour aux téléphones plutôt qu’aux gens»

Patricia (à gauche) habite à deux pas de la mosquée. Elle reconnaît se méfier des musulmans, même si elle assure avoir de bonnes relations avec ses voisins marocains.
Patricia (à gauche) habite à deux pas de la mosquée. Elle reconnaît se méfier des musulmans, même si elle assure avoir de bonnes relations avec ses voisins marocains. - Hatim Kaghat/Le Soir.

Evere a beaucoup grandi en cinquante ans. Les plus âgés parlent encore des lapins qui gambadaient derrière les maisons. A la place des chicons (un légume né ici, paraît-il), ce sont les immeubles qui ont poussé comme des champignons, entourant les petits bâtiments de brique rouge du Bas Evere, au nord de la commune. Au-delà de la voie ferrée et du boulevard Leopold III s’est construit le Haut Evere, de hauts immeubles, de larges boulevards, des quartiers comme autant d’îlots : Platon, Germinal, Destrier…

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct