Un petit air de «c’était mieux avant»

«
Dans mon bloc, les gens sont charmants. Mais dans celui d’à côté
!
» Chantal, «
dame de cour
», connaît le quartier Germinal comme sa poche.
« Dans mon bloc, les gens sont charmants. Mais dans celui d’à côté ! » Chantal, « dame de cour », connaît le quartier Germinal comme sa poche. - Hatim Kaghat/Le Soir.

N’en déplaise à Rachida, le lien social se trouve parfois où on ne l’attend pas. Comme au détour d’une envie pressante dans un magasin Carrefour. Chantal est « dame de cour » (ne dites pas surtout « dame pipi ») dans la galerie commerçante. Elle a 67 ans, vit depuis 32 ans à Evere, a travaillé plus de 20 ans au siège de l’entreprise Carrefour (« Des directeurs me disent encore bonjour ! ») et connaît comme sa poche la cité Germinal, un petit coin de ville construit dans les années 50 pour les employés de la Sabena. « J’ai un bloc charmant. J’ai de tout : des personnes africaines, arabes... et ils sont très sociables. Chez nous, quand ça va pas, on se parle, et c’est tout. Mais il y a d’autres blocs où ce n’est pas pareil. » Craindre pour son voisin plutôt que pour soi.

Comme dame de cour, on ramasse la merde des gens et les gens nous prennent pour de la merde »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct