JO 2018: Swings qui rit, Smits qui râle

JO 2018: Swings qui rit, Smits qui râle

Il y a deux ans, à Rio, la Belgique avait frappé d’entrée en décrochant une médaille d’or dès le premier jour des Jeux par l’entremise de Greg Van Avermaet dans la course cycliste sur route et ce succès, qui avait boosté l’ambiance, avait lancé le Team Belgium sur la voie de son meilleur bilan de l’après-guerre.

À PyeongChang, ils étaient nombreux à espérer un scénario similaire, en ce premier week-end des JO d’hiver, en comptant fermement sur le snowboarder Seppe Smits, champion du monde en titre et valeur sûre en slopestyle, qui ouvrait les débats. Même s’il avait lui-même tempéré les enthousiasmes, une médaille, pensait-on, était de l’ordre du possible. Mais, après avoir survécu de justesse aux qualifications samedi, le Campinois n’a jamais pu exprimer son potentiel en finale dans un Phoenix Snow Park balayé par le vent et a dû se contenter d’une 10e place, ce qui a provoqué chez lui un petit sentiment de frustration.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Jeux olympiques