Nucléaire: pourquoi les réacteurs microfissurés peuvent redémarrer

© Bruno DALIMONTE
© Bruno DALIMONTE

Cette fois, c’est officiel : l’Agence de contrôle nucléaire (AFCN) a autorisé les réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 à redémarrer. En deux mots, l’Agence conclut que les microbulles d’hydrogène (vulgairement appelées microfissures) présentes dans les parois des cuves de ces deux réacteurs « n’avaient pas d’impact inacceptable sur la sûreté des réacteurs ». Electrabel peut donc redémarrer ses deux bébés jusqu’à leur arrêt définitif, soit le 1er octobre 2022 pour Doel 3 et quatre mois plus tard pour Tihange 2.

1 De quoi parle-t-on ? Il y a trois dossiers nucléaires dont on a beaucoup parlé ces derniers mois : le mystérieux sabotage de Doel 4, non élucidé ; la prolongation de la durée de vie de Doel 1 et 2, négociée actuellement entre le gouvernement et Electrabel ; et le dossier des microfissures. C’est celui-là qui nous occupe aujourd’hui.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    À la Une du Soir+