Les journées de Bruxelles: Europe, qu’y a-t-il après la dernière chance?

Jean-Claude Juncker se démène comme un diable depuis le début de son mandat, paraissant parfois bien seul à défendre les idéaux européens définis par les pères fondateurs. © Reporters
Jean-Claude Juncker se démène comme un diable depuis le début de son mandat, paraissant parfois bien seul à défendre les idéaux européens définis par les pères fondateurs. © Reporters

Europe, dernière chance, vraiment ? Ce ne sont pas les organisateurs des Journées de Bruxelles qui ont inventé cette accroche un peu dramatique : c’est Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne lui-même. En octobre 2014, au moment d’être élu à son poste par le Parlement européen, l’ancien premier ministre luxembourgeois concluait son discours comme suit : « Ma conviction est que cette Commission sera celle de la dernière chance. (…) À l’heure où les citoyens perdent la foi dans nos institutions, où les extrémistes de gauche et de droite nous mettent l’épée dans les reins et où nos concurrents prennent des libertés à notre endroit, il est temps de donner un souffle nouveau au projet européen. » Juncker avait énuméré comme ambition de « rapprocher nos concitoyens de l’Europe », et de « donner une perspective aux jeunes Européens »…

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct