La Belgique privée de loi contre l’obsolescence programmée

Des géants de l’électronique grand public sont suspectés de raccourcir la durée de vie de leurs produits, une pratique interdite en France mais pas en Belgique.
Des géants de l’électronique grand public sont suspectés de raccourcir la durée de vie de leurs produits, une pratique interdite en France mais pas en Belgique. - Pierre-Yves Thienpont.

Depuis deux ans, les membres de la commission de l’Economie de la Chambre planchent sur une proposition de loi (nourrie par Ecolo, le PS et le CDH) visant à lutter contre l’obsolescence programmée. C’est-à-dire cette technique que des industriels de l’électroménager et de l’informatique mettraient intentionnellement en place pour réduire la durée de vie de leurs produits. A la demande de Marie-Christine Marghem (MR), ministre du Développement durable, une étude a été menée sur le sujet. Il en ressort que l’obsolescence programmée est très difficilement démontrable mais que des mesures concrètes permettraient de la battre en brèche. On songe à une extension de la garantie légale, à une mention de la durée de vie et d’un indice de réparabilité sur les emballages des produits ou encore à l’obligation pour les marques de disposer de pièces de rechange.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct