Sexe contre nourriture, le démon de l’humanitaire

En Haïti comme ailleurs, la prostitution peut être assimilée à «
des relations de survie
». En clair
: des faveurs sexuelles dans l’espoir d’avoir de quoi nourrir sa famille.
En Haïti comme ailleurs, la prostitution peut être assimilée à « des relations de survie ». En clair : des faveurs sexuelles dans l’espoir d’avoir de quoi nourrir sa famille. - Reuters.

Après Oxfam, à qui le tour ? Les affaires de mœurs qui ont écorné l’image de l’ONG britannique ont désormais éclaboussé l’ONG Plan international, dont des collaborateurs sont accusés d’abus sur mineurs. Médecins sans frontières (MSF), un autre géant du secteur, avait auparavant pris les devants en annonçant que près de 150 plaintes concernant ses employés étaient remontées en 2017 dans le monde. Les langues se délient dans le monde de l’humanitaire, basé en grande partie en Suisse. Parmi les anciens employés du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), des délégués auraient aussi eu des comportements inadéquats. En mission, certains humanitaires profitent de leur position pour en tirer un profit sexuel. Le recours à des prostituées, comme cela a été le cas en Haïti, est bien plus fréquent et surtout beaucoup plus ancien qu’on l’imagine. Cela concerne aussi bien les personnels des ONG que ceux des agences onusiennes.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct