Après l’affaire Gial, les ASBL communales mises sous coupe réglée

Rudi Vervoort, chef de gouvernement régional, et Philippe Close, bourgmestre de Bruxelles (ici lors d’une visite au Japon), pour une réforme structurelle des ASBL.
Rudi Vervoort, chef de gouvernement régional, et Philippe Close, bourgmestre de Bruxelles (ici lors d’une visite au Japon), pour une réforme structurelle des ASBL. - BELGA.

Les affaires tournent. Les informations et révélations ayant trait aux organismes gravitant autour de la Ville de Bruxelles jaillissent chaque jour. Et si les autorités communales ont repris les choses en main au moins pour une part (on pense à l’audit sur Gial, aussi aux réformes des mandats et rémunérations lancées il y a six mois), la question cruciale se pose : comment tourner la page ? Pourra-t-on en écrire une nouvelle ? Le gouvernement régional croit tenir la recette. Rudi Vervoort, ministre-président, a écrit jeudi au président du parlement bruxellois, Charles Picqué, afin d’accélérer (il réclame l’« urgence ») la prise en compte d’un projet d’ordonnance (l’équivalent du projet de loi au fédéral) qui modifie structurellement le paysage des ASBL communales et para-communales. Ce projet a été adopté en première lecture au gouvernement bruxellois le 1er  juin, en deuxième lecture le 21 septembre, l’objectif maintenant est de voter les textes en mars.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct