Avec Kendrick Lamar, le rap tombe le masque

Avec Kendrick Lamar, le rap tombe le masque

Les clichés ont la peau dure. Le rap, par exemple… Quarante ans après sa naissance dans les ruines du Bronx et bien qu’il soit le genre le musical le plus populaire au monde, il reste associé aux idées de violence, de machisme, de flingues, de bling bling… Sûr, les clichés sont aussi entretenus par les rappeurs eux-mêmes. Pour autant, ils ne peuvent expliquer le phénomène culturel et social qu’est le hip-hop.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct