Les ASBL communales, ces instances jugées très utiles mais trop opaques

Le fonctionnement des ASBL comme Brussels Expo (qui a organisé l’exposition Harry Potter au Heysel en 2016) suscite le débat. Le bourgmestre Philippe Close défend l’intérêt de ces structures.
Le fonctionnement des ASBL comme Brussels Expo (qui a organisé l’exposition Harry Potter au Heysel en 2016) suscite le débat. Le bourgmestre Philippe Close défend l’intérêt de ces structures. - reporters.

La Ville de Bruxelles, au cœur de la tourmente ces dix derniers jours, est critiquée pour plusieurs pratiques observées dans ses ASBL communales. Dans le viseur : des contrats de consultance très bien rémunérés, et ce sur des durées très longues chez GIAL (service informatique) mais aussi chez Neo (l’ASBL en charge de la redynamisation du plateau du Heysel). Vendredi, on apprenait, via De Morgen, que quatre ingénieurs et un juriste ont bénéficié de ce type de contrat pendant plusieurs années (ils ont gagné de 15.000 à 27.000 euros par mois). Le salaire des directeurs de Brussels Expo a également été épinglé par la RTBF. Mais au fait, pourquoi la Ville de Bruxelles a-t-elle tant d’ASBL ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct