Analyse: la mue n’est pas terminée (mais l’est-elle jamais?)

Il est souriant, pimpant, enjoué même. Il a réponse à tout, et ne se départit jamais d’une mine qui confine parfois au contentement. Légitime. Marc Raisière respire l’homme qui peut se targuer de résultats franchement excellents… Il aurait tort de bouder son plaisir : que de chemin parcouru depuis les affres de la crise financière, le scandale « Dexia » et le sauvetage de la banque par l’Etat belge (liste non exhaustive). Evidemment, les mauvaises langues (ou les jaloux) diront que reconstruire quand tout s’est écroulé, c’est plus facile que de transformer une maison d’habitation modeste en villa de luxe en gardant les fondations… Certes, mais l’homme a une vision, à laquelle il s’accroche dur comme fer. Avec bonheur pour le moment. C’est l’un de ses points forts, qui font aujourd’hui que la greffe a pris, de tenir sa ligne – entendez de garder un modèle de bancassurance que tout le monde abhorrait il y a encore 5 ans. Aujourd’hui, personne ne niera que Belfius n’est pas une société qui revient de loin, qui travaille bien et qui a un avenir prometteur.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct