Brexit: la question de l’Irlande du Nord promet d’être explosive

L’une des principales pierres d’achoppement des négociations sur le retrait britannique
: la frontière entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande, où des opposants au Brexit organisent régulièrement des manifestations contre le retour de postes de douane et de contrôles «
durs
».
L’une des principales pierres d’achoppement des négociations sur le retrait britannique : la frontière entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande, où des opposants au Brexit organisent régulièrement des manifestations contre le retour de postes de douane et de contrôles « durs ». - Reuters.

Une provocation, l’ébauche de traité de divorce entre l’UE et Londres, publié mercredi par la Commission européenne ? « Je ne cherche à provoquer personne », a assuré le négociateur en chef de l’UE sur le Brexit, Michel Barnier. Le texte qu’il a présenté devant la presse mercredi montre toutefois que la sensibilité de la question de l’Irlande du Nord pourrait bien encore monter en intensité : l’UE y développe l’idée que l’Irlande du Nord reste dans l’union douanière.

Au cœur du problème, la demande de la République d’Irlande, soutenue par ses pairs européens, que le départ de l’UE du Royaume-Uni, et donc de l’Irlande du Nord, ne débouche pas sur la restauration d’une frontière physique entre les deux Irlande, et donc la suppression de la liberté de circuler sur toute l’île et de la facilité des échanges commerciaux. L’idée est de garantir les accords de paix du Vendredi-Saint, qui ont mis fin au conflit nord-irlandais et permis une coopération vitale entre les deux Irlande.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct