Comment Infrabel veut lutter contre les accidents mortels aux passages à niveau

Comment Infrabel veut lutter contre les accidents mortels aux passages à niveau

Pour Infrabel, c’est un combat dont les résultats, hélas, ne sont pas à hauteur de l’énergie déployée. L’année dernière, neuf personnes ont perdu la vie dans des accidents survenus sur des passages niveau. L’exemple le plus tragique : le 19 novembre dernier, une femme de 68 ans et une fillette de 8 ans ont ainsi été tuées lorsque leur voiture a été percutée par un train. Au total, le gestionnaire de l’infrastructure a relevé 51 accidents (n’incluant pas les suicides), contre 45 en 2016 (+ 13 %). Si l’on remonte dans les statistiques, on constate que ce chiffre reste désespérément stable. « Une moyenne de dix décès par an, à l’échelle du réseau ferroviaire belges, c’est forcément un mauvais résultat, explique Frédéric Sacré, porte-parole d’Infrabel. Il y a forcément de la frustration par rapport aux efforts qu’on consent. Mais ce n’est pas dans la philosophie de l’entreprise de baisser les bras. Bien au contraire, c’est le signe qu’il faut continuer. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct