Antonio Cairoli, l’inoxydable

Le 222 a encore faim de succès et de reconnaissance mondiale. @Belga
Le 222 a encore faim de succès et de reconnaissance mondiale. @Belga

On le disait fini, usé, sur cette pente descendante que le vieillissement impose, à un moment ou l’autre, chez un sportif de haut niveau. 7e du championnat 2015 quand la disparition de son père l’avait fortement déstabilisé, Tony Cairoli était cependant parvenu à grimper sur la 2e marche du podium final douze mois plus tard. Mais la forme éblouissante de Tim Gasjer, champion du monde dès sa première saison dans la catégorie-reine du motocross, ne laissait guère au leader de l’écurie KTM de raisons de se réjouir à l’aube du championnat 2017. D’autant que Gasjer n’était pas le seul jeune loup arrogant à toiser l’icône de la discipline. Au sein de sa propre équipe, Cairoli allait devoir composer avec un autre pilote impétueux : le Hollandais Jeffrey Herlings. Pensez donc : à 31 ans, face à des gaillards de 9 ans (pour le Hollandais) et 11 ans (pour le Slovène) ses cadets, on commençait à croire que la messe était dite pour l’Italien.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct