Van Overtveldt en croisade contre l’ire des indépendants

Le ministre des Finances Johan van Overtveldt (N-VA) et la ministre fédérale belge du Budget, Sophie Wilmès.
Le ministre des Finances Johan van Overtveldt (N-VA) et la ministre fédérale belge du Budget, Sophie Wilmès. - Pierre-Yves Thienpont

S’il y a bien un débat qui fait rage depuis des mois et qui oppose le gouvernement aux petites entreprises et aux indépendants, c’est bien la réforme de l’impôt des sociétés. C’est peu dire que le premier nommé – et les libéraux du MR en particulier – a pris en pleine poire les critiques acerbes de l’Union des classes moyennes (UCM) sur le relèvement du seuil minimum de rémunération nécessaire pour bénéficier du nouveau taux réduit d’imposition de 20 %. Outre le fait que ce seuil ait été relevé de 36.000 à 45.000 euros – alors que le salaire médian d’un dirigeant francophone est de 34.955 euros –, la sanction (de 5 % cette année, de 10 % l’année suivante) en cas de non-respect de cette règle fait bondir les petits indépendants, qui ont clairement l’impression que ce qu’on leur donne d’un côté, on le leur reprend de l’autre. Le diable étant dans les détails, quelques récentes questions parlementaires permettent d’adoucir un peu « la douloureuse ». « 

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct