Loveless (Faute d’amour) Un film infiniment grand

<span>Loveless (Faute d’amour)</span> Un film infiniment grand

César du meilleur film étranger, Prix du Jury au 70e Festival de Cannes, le film russe coproduit par les frères Dardenne décrit la cruauté des sentiments qui animent un couple en rupture comme Bergman a pu le faire dans Scènes de la vie conjugale. Aliocha, 12 ans, est la victime collatérale des disputes de ses parents en train de divorcer.

En mettant en scène avec force et lucidité ce drame intime porté par des acteurs d’une absolue justesse, Andrey Zvyagintsev est maître de son art, sans faute de goût. De cet infiniment petit, il tire un film infiniment grand où des plans de toute beauté nous amène au cœur de l’âme russe. Il met en évidence le monde du chacun pour soi. L’individualisme nous tuera !

Le constat est très amer. Il est même sans espoir. Faute d’amour…

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct