Anne Gruwez: «Je me suis promis, il y a 20 ans, de ne plus être lâche»

© Sylvain Piraux - Le Soir
© Sylvain Piraux - Le Soir - Sylvain Piraux.

Ni juge ni soumise » est un incroyable succès populaire. Allez dans les salles de cinéma : elles sont bondées et les gens y gloussent en continu. Le tout tient dans la personnalité inouïe d’Anne Gruwez, cette juge d’instruction atypique, cette « fausse sosotte » qui durant une heure trente fait la leçon aux prévenus dans son bureau, trouve que les macchabées ont un « beau corps », explique sans bémol pourquoi les prostituées n’ont pas de dents – « Pour faire des pipes de velours » – et arpente Bruxelles dans une 2CV bleu céleste – elle y tient – sans plus d’équivalent.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct