Liège gèle les demandes de subsides pour les terrains synthétiques

Des voix de plus en plus nombreuses font état des risques éventuellement graves pour la santé qui seraient liés à la pratique d’un sport sur certains types de terrains synthétiques.
Des voix de plus en plus nombreuses font état des risques éventuellement graves pour la santé qui seraient liés à la pratique d’un sport sur certains types de terrains synthétiques. - Michel Tonneau.

Les terrains de sport synthétiques composés de billes de vieux pneus seraient-ils cancérigènes ? Une étude américaine interroge quant à la toxicité de cette matière. Des villes comme New York, Amsterdam ou un pays, la Suède, ont interdit la construction de ces terrains qui seraient toxiques et potentiellement cancérigènes pour les sportifs fréquentant ce type de pelouse. « Liège est-elle concernée aussi ? », se questionne le conseiller communal Vega François Schreuer dans un courrier envoyé au bourgmestre de la Ville Willy Demeyer (PS). «  Des voix de plus en plus nombreuses font état des risques éventuellement graves pour la santé qui seraient liés à la pratique d’un sport sur certains types de terrains synthétiques, qui incorporent des déchets de l’industrie chimique ou d’anciens pneus, sous forme de granulés noirs qui se transforment en poussière toxique au fil du temps  ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    À la Une du Soir+

    • Quel est le lieu qui incarne, pour vous, le monde d’après
? Jean Macq, professeur en santé publique à l'UCLouvain, a décidé de poser, à deux pas de l’université, devant une maison médicale, modèle parfait de ce en quoi il croit pour le futur des soins de santé
: «
La maison de santé, à deux pas de la crèche parentale, illustre bien l’importance de la notion de territoire qui doit guider notre vision de la santé dans le monde d’après. Plusieurs professions au cœur d’un quartier, donc au plus près du quotidien des habitants.
»

      Penser le monde d’après: quelles leçons pour le secteur de la santé?