«Perdre le lecteur dans ses repères»

Jean-Pierre Orban veut casser notre vision de l’Autre. © Laura de Clippele.
Jean-Pierre Orban veut casser notre vision de l’Autre. © Laura de Clippele.

Après Vera, premier roman très remarqué en 2014, couronné cette année-là par le Prix du premier roman français, et l’année suivante par le Prix du Livre européen, Jean-Pierre Orban récidive. Il confirme sa maîtrise avec un ouvrage plus ambitieux : Toutes les îles et l’océan. Trois personnages principaux cherchent un sens à leur vie. Adèle, en Afrique où elle essaie de retrouver Sainto, le père de l’enfant qu’elle porte. Raphaël, son fils, prolonge et réoriente sa quête à Londres. Et Dez, originaire des Antilles, dont la parole, à la fin du roman, tente de réconcilier toutes les questions sans réponses. Autour d’eux, une multitude de personnages secondaires les guident ou les égarent, c’est selon. Avec, en « sous-texte », comme le dit l’auteur lui-même, le Joseph Conrad d’Au cœur des ténèbres.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct