lesoirimmo

Menaces d’attaques terroristes: comment Bruxelles est devenue une ville morte

Avenue Louise © D. Duchesnes/Le Soir
Avenue Louise © D. Duchesnes/Le Soir

Il fait un temps à ne pas mettre un terroriste dehors ce samedi matin à Bruxelles, entre pluie glaciale de novembre et giboulées de mars précoces. Pas mieux pour les promeneurs, les touristes et les enfants en quête peut-être d’un Saint-Nicolas généreux. Cette journée pourrie doublée du relèvement du niveau de la menace terroriste sur la capitale a une conséquence visible dans les rues de la ville : elles sont vides, peu d’automobilistes, très peu de piétons. Même s’il faut relativiser : la matinée du samedi est traditionnellement calme dans le centre, la grande foule a surtout ses habitudes durant l’après-midi

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct