Dans les salles de fitness, la lutte antidopage passe à la vitesse supérieure

Les sanctions en cas de contrôle positif dans des salles de fitness pourront aller jusqu’à une amende de 350 à 10.000 euros. © Reuters.
Les sanctions en cas de contrôle positif dans des salles de fitness pourront aller jusqu’à une amende de 350 à 10.000 euros. © Reuters.

C’est une petite révolution qui se prépare en matière de lutte antidopage en Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) d’ici à la fin de l’année. Le décret relatif à cette matière, qui date du 20 octobre 2011, va, en effet, être modifié, essentiellement pour se mettre en conformité avec le code de l’Agence mondiale antidopage (AMA).

Alors qu’à l’heure actuelle, les quelque 1.300 contrôles effectués chaque année dans le sud du pays par l’Organisation nationale antidopage (Onad) francophone visent essentiellement le sport organisé, de haut niveau (70 %) ou amateur (30 %), celle-ci pourra, à l’avenir, cibler également des disciplines pratiquées de manière libre et sans affiliation sportive, comme le fitness ou les courses sur route par exemple, avec de vraies possibilités de sanctions.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct