La culture du redoublement affecte la réussite à l’université

La culture du redoublement affecte la réussite à l’université
belga

On sait – ou on devrait savoir – combien les politiques de redoublement sont nuisibles pour le moral des élèves de secondaire. On sait – ou on devrait savoir – combien elles affectent durablement leur confiance en eux.

Ce qu’on ne savait pas, par contre – même si on le subodorait – c’est l’ampleur des dégâts collatéraux dans l’enseignement supérieur. Ces dégâts collatéraux sont au cœur d’une étude (1) menée par le professeur Jean-Paul Lambert, recteur honoraire de l’université Saint-Louis à Bruxelles, et spécialiste des systèmes d’enseignement supérieur. Pour la première fois, il met au jour des liens étroits entre l’intensité des pratiques de redoublement dans l’obligatoire et les chances de réussite à l’université.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct