Lettres à Nour Des mécanismes qui peuvent mener nos jeunes à partir en Syrie

<span>Lettres à Nour</span> Des mécanismes qui peuvent mener nos jeunes à partir en Syrie

En pénétrant dans l’ambiance surchauffée de la grande salle du Théâtre de Liège, on s’est d’abord affreusement inquiétée. Face au brouhaha surexcité de 400 ados déchaînés, remuants et railleurs, on a cru que ce serait le carnage.

Et puis là, miracle! En quelques répliques, la voix brûlante de révolte de Delphine Peraya leur a cloué le bec. Plus personne n’a moufté pendant Lettre à Nour , échange épistolaire entre un père, intellectuel musulman, vivant sa religion comme un message de paix, et sa fille Nour, partie rejoindre en Irak l’homme qu’elle a épousé, un lieutenant de Daesh, vivant sa religion comme une déclaration de guerre.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct