Peut-on vivre sans Doel 1 et 2?

A Tihange, le réacteur n°3 redémarrera le 15 décembre prochain, malgré ses microfissures.
A Tihange, le réacteur n°3 redémarrera le 15 décembre prochain, malgré ses microfissures. - BRUNO DALIMONTE

Ce vendredi, au Conseil des ministres, pas un mot sur le nucléaire. Pourtant, le temps presse. La loi actuelle prévoit que la prolongation des réacteurs de Doel 1 et Doel 2 doit être réglée avant la fin du mois, sans quoi ces deux réacteurs seront fermés fin mars. Mais un élément neuf est venu se mêler au débat cette semaine : le retour de Doel 3 et Tihange 2, les deux réacteurs microfissurés. Après des mois d’analyse, l’Agence nucléaire a en effet conclu que le redémarrage de ces réacteurs ne présentait pas de risque pour la sûreté du pays. Le 15 décembre, ces deux réacteurs produiront donc à nouveau de l’électricité. Et leur retour éloigne incontestablement le spectre de la pénurie d’électricité qui nous guettait.

Nos estimations ne laissent pas de place au doute : on a désormais de la marge avant de crier au black-out (voir infographie). Et ce, même si l’on se passe définitivement de Doel 1 et 2.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    À la Une du Soir+