Maxime de Rostolan: «À l’avenir, il faudra compter en triple capital: financier, humain et naturel»

Pour Maxime de Rostolan, la première question à se poser est
: l’agriculture chimique est-elle rentable
? «
Non, elle ne l’est pas
!
», répond-il.
Pour Maxime de Rostolan, la première question à se poser est : l’agriculture chimique est-elle rentable ? « Non, elle ne l’est pas ! », répond-il. - Belga.

O n a 20 ans pour changer le monde »  : c’était le titre du documentaire proposé en ouverture du festival « Nourrir Liège ». La réalisatrice Hélène Médigue a suivi durant un an, à travers les champs, Maxime de Rostolan, le fondateur du réseau « Fermes d’Avenir ».

Ingénieur de formation, il a développé en 2014 une microferme agro-écologique sur 1,4 hectare à Montlouis-sur-Loire, en Indre-et-Loire. En parallèle, grâce à sa structure Blue Bees, il a levé 3 millions d’euros en deux ans pour financer 200 projets agricoles et alimentaires vertueux. L’été dernier, il a lancé le « Fermes d’Avenir Tour », véritable parcours à la rencontre des fermes remarquables partout en France. Pendant trois mois et 30 étapes, des centaines de personnes à vélo ont visité plus de 200 fermes qui ont adopté un modèle original de développement, en phase avec la nature.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct