Face aux taxis, Pascal Smet était la cible idéale

Le plan taxi du ministre de la Mobilité Pascal Smet a provoqué la colère de taxis bruxellois qui ont bloqué la capitale mardi.
Le plan taxi du ministre de la Mobilité Pascal Smet a provoqué la colère de taxis bruxellois qui ont bloqué la capitale mardi. - DOMINIQUE DUSCHESNES.

Dans la famille bruxelloise, je demande le cousin néerlandophone un peu chien fou qui a le don de plomber l’ambiance à table. Voilà comment Pascal Smet est décrit par ses partenaires du gouvernement bruxellois. Cette semaine compliquée vient renforcer une tendance qui aura poursuivi le socialiste tout au long de sa carrière politique. Il a le don de fédérer contre lui.

Fâchés par son plan visant à réguler le secteur, les taxis se sont ajoutés à la longue liste de ses ennemis. Au point de bloquer la capitale mardi. Lui a décidé de ne pas réagir. Il continue de consulter. Pour la suite, on verra après les vacances de Pâques (lire ci-contre). Avec son plan, pourtant validé en première lecture par le gouvernement de Rudi Vervoort (PS), Pascal Smet semble plus isolé que jamais. «  Qu’il se débrouille, tout cela, c’est de sa faute  », résume un ministre.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct