500 euros exonérés d’impôt par mois: le gouvernement fédéral fait un geste

Catherine Moureaux (PS) appelle les associations ou secteurs d’activités qui se sentent légitimement lésés par la mesure des 500 euros à se manifester par courrier auprès de Maggie De Block (Open VLD).
Catherine Moureaux (PS) appelle les associations ou secteurs d’activités qui se sentent légitimement lésés par la mesure des 500 euros à se manifester par courrier auprès de Maggie De Block (Open VLD). - BELGA

A priori, tout devait être gelé jusqu’en mai sur le délicat dossier des 500 euros exonérés d’impôt pour le travail occasionnel. Forcément, puisque la Commission de la communauté francophone (Cocof) du Parlement bruxellois avait introduit une procédure en conflit d’intérêts sur cette mesure importante du Fédéral. De facto, ce projet initialement prévu pour être voté à la fin 2017 en même temps que le paquet global de la loi de relance avait été postposé suite à de très vives discussions entre majorité et opposition fin décembre, lesquelles faisant elles-mêmes suite à une véritable bronca des partenaires sociaux (patronat et syndicats réunis au sein du Conseil national du travail), de nombreuses associations patronales et du Conseil d’Etat. Bref, la procédure en conflit d’intérêts mettait un frein au parcours parlementaire déjà chahuté de cette loi sur le travail occasionnel, dont on rappellera que l’objectif était d’exonérer les revenus issus des « petits jobs entre amis » à hauteur de 500 euros par mois.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct