La théorie économique manque-t-elle de pluralisme?

Selon Michel De Vroey, il est probable que les critiques de l’approche néoclassique soient dues au fait que nous vivons « dans une société où la méfiance est générale vis-à-vis de l’économie, où l’on est amené à se dire que les économistes n’arrivent pas à régler les problèmes. »
Selon Michel De Vroey, il est probable que les critiques de l’approche néoclassique soient dues au fait que nous vivons « dans une société où la méfiance est générale vis-à-vis de l’économie, où l’on est amené à se dire que les économistes n’arrivent pas à régler les problèmes. » - Pierre-Yves Thienpont

D epuis quelques années, un vent de contestation souffle dans les facultés d’économie de nombreuses universités européennes. On y voit des étudiants se plaindre de ce qu’ils considèrent être une absence de pluralisme dans la discipline économique. » Tel est le constat posé Michel De Vroey et Luca Pensieroso, chercheurs de l’Ires qui, dans un article publié dans Regards économiques, la revue des économistes de l’UCL, se proposent de «  réagir aux propos critiques souvent avancés contre l’approche néoclassique en replaçant le problème dans une perspective historique.  »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct