Commission d’enquête Kazakhgate: ce que dit le rapport, ce qu’il ne dit pas

Armand De Decker n’est pas épargné par le rapport de la commission d’enquête. Les députés dans leur ensemble relèvent, au minimum, un conflit d’intérêts entre le parlementaire qu’il était et la profession d’avocat qu’il a accomplie pour trois hommes d’affaires inquiétés par la justice.
Armand De Decker n’est pas épargné par le rapport de la commission d’enquête. Les députés dans leur ensemble relèvent, au minimum, un conflit d’intérêts entre le parlementaire qu’il était et la profession d’avocat qu’il a accomplie pour trois hommes d’affaires inquiétés par la justice. - Photo News / Didier Lebrun.

L e Soir a pu consulter une version quasiment bouclée du rapport de la commission d’enquête sur le Kazakhgate. Ce bilan de 16 mois d’investigation sera voté ce vendredi matin par les 17 commissaires, probablement majorité contre opposition. Un texte intéressant : autant pour ce qui y est écrit que pour ce qui est mis sous le boisseau.

1

Sûreté de l’Etat : peut mieux faire

« C’est sur des bases erronées et incomplètes que la Chambre a voté la naturalisation de M. Patokh Chodiev »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct