Emploi: la «validation des compétences» porte ses fruits à Bruxelles

Maurice, 46 ans, passe l’examen pour obtenir le titre de clarkiste dans un centre de validation des compétences à Forest.
Maurice, 46 ans, passe l’examen pour obtenir le titre de clarkiste dans un centre de validation des compétences à Forest. - Sylvain Piraux

Fin fond de Forest, un matin tout gris qui ne donne à personne l’envie de sortir du lit. Nous avons rendez-vous avec Maurice, 46 ans, un Togolais arrivé en Belgique, il y a une quinzaine d’années. Il est occupé à déplacer des palettes dans un énorme hangar. On n’ose pas le déranger tant il est concentré. C’est qu’il est en pleine évaluation. Sous le regard de ses évaluateurs, Alain et Éric, il tente de décrocher le titre de « conducteur d’engin de manutention motorisé ». On dit aussi cariste ou clarkiste. Concrètement, à partir de sa machine, il soulève et transporte du matériel ou des livraisons, comme on peut le voir dans des milliers d’entreprises.

Nous sommes au centre logistique de Bruxelles Formation, le Charroi. Dans un coin, une bande de garçons harnachés s’entraîne à grimper sur des échafaudages. En s’installant à Forest, l’espace de test et de formation est passé de 400 à 2000 mètres carrés. Il y a même une pleine des manœuvres à l’arrière pour les aspirants chauffeurs poids lourds.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct