Il y a dix ans dans Le Soir : «La Flandre veut responsabiliser seule ses demandeurs d’emploi»

Selon Kris Peeters, ministre-président du gouvernement flamand, les politiques d’activation des chômeurs concerneraient davantage les régions, comme ici à Bruxelles. L’idée étant de coller au mieux aux spécificités du marché du travail des différentes entités fédérées du pays. © S.A. (ST.)
Selon Kris Peeters, ministre-président du gouvernement flamand, les politiques d’activation des chômeurs concerneraient davantage les régions, comme ici à Bruxelles. L’idée étant de coller au mieux aux spécificités du marché du travail des différentes entités fédérées du pays. © S.A. (ST.)

(article paru dans le Soir le 1er avril 2008)

Le responsable du gouvernement flamand est passablement énervé devant l’inertie fédérale face à ce dossier ultrasensible et crucial pour la survie de Leterme I : sa déclaration gouvernementale pointe, rappelons-le, dans le deuxième paquet institutionnel à boucler d’ici au 15 juillet, la politique de l’emploi en tête des urgences, devant la politique de la santé et l’autonomie fiscale.

Si Kris Peeters, en vacances depuis lundi, est injoignable, ses proches confirment que sa sortie dominicale traduit sa volonté de donner corps à un débat qui tourne en rond et oppose les partenaires gouvernementaux du Nord et du Sud en général ; le MR et le CD&V en particulier : les modalités, le contenu comme le timing de l’opération.

Que propose Peeters dans ce plan d’activation qui ouvre le premier volet de la régionalisation de l’emploi ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct