«Le Nozze di Figaro»: «Une œuvre d’un enchantement constant»

Christophe Rousset : « J’aime beaucoup diriger des orchestres qui ne sont pas le mien  car ça m’apprend d’autres choses et ça m’ouvre d’autres possibilités. »
Christophe Rousset : « J’aime beaucoup diriger des orchestres qui ne sont pas le mien car ça m’apprend d’autres choses et ça m’ouvre d’autres possibilités. » - DR

Quatre ans après y avoir dirigé L’Enlèvement au sérail, Christophe Rousset retrouve l’Opéra royal de Wallonie-Liège pour mettre en musique une autre œuvre de Mozart : Le Nozze di Figaro. « Cette œuvre est d’une beauté et d’un enchantement constant, confie le Maestro, à quelques jours de la première. L’essentiel pour moi est sa lisibilité. Je veux transmettre tout ce qu’il y a de merveilleux dans cette musique. Chaque numéro est un petit diamant. Je ne m’en lasse pas même si je sue sang et eau. » Rousset, aux multiples casquettes, ne se contentera en effet pas de diriger l’orchestre, il accompagnera lui-même les récitatifs au piano-forte. Une des nombreuses facettes de sa passionnante carrière.

Quel est votre rapport à cette œuvre incontournable du répertoire d’opéra que sont « Le Nozze di Figaro » ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct