lesoirimmo

«Un fait divers»: parce qu’il faut oser raconter «ça»

«Un fait divers»: parce qu’il faut oser raconter «ça»

Viol. Le mot est lâché. « Ce n’est pas un mot facile à dire, nous souffle Laure Chartier qui a écrit et joue Un fait divers au Public. Pas forcément pour moi mais surtout pour les gens qui le reçoivent. Mais j’assume cette prise de parole parce qu’il faut que cette histoire soit entendue », continue la jeune femme qui, il y a quatre ans, marchait dans la rue quand « ça » lui est arrivé.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct