Sep Vanmarcke veut mettre fin à sa série

Vanmarcke est optimiste. @News
Vanmarcke est optimiste. @News

Loin des lumières qui irradient les traits rieurs du vainqueur, Sep Vanmarcke personnifie plutôt le perdant magnifique, égaré dans l’ombre de la morosité. Celui qui peut pourtant légitimement nourrir de grandes ambitions au chant du coq mais qui, une fois la basse-cour retournée dans ses chauds quartiers, ne retire que frustrations, voire désillusions de sa journée d’efforts. À vingt-neuf ans déjà, le Courtraisien court toujours après cette deuxième ligne dorée sur un palmarès réellement défloré en grande pompe en 2012, lorsqu’il avait battu un certain Tom Boonen au sprint pour claquer le Nieuwsblad. Depuis, le Belge enquille les accessits, tourne autour du trésor sans jamais trouver la clé du coffre.

Sur Paris-Roubaix, par exemple, il compte une deuxième place en 2013, a terminé quatrième à deux reprises (2014 et 2016) et était encore onzième en 2015. Une série qu’il réalise, peu ou prou, avec la même régularité sur les autres courses pavées.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct