Le coworking, un puissant remède au travail en solitaire

Le coworking, un puissant remède au travail en solitaire
Bruno Dalimonte

Leurs noms sont parfois étranges. Les « muggers », « sailors », « factoriens » ou encore « transformers » ne sont pas des nouveaux groupes de rock ou gangs de superhéros fictifs, mais des communautés de coworkers qui fleurissent dans tout le pays depuis près de dix ans. Des communautés parfois très soudées, tirant profit d’une diversité de profils et d’expériences professionnelles, réunis sous un même toit.

« Ça m’a sauvé la vie de venir travailler ici », lâche Katia dans un éclat de rire sincère. Traductrice, cette quarantenaire a travaillé chez elle pendant dix ans, finissant par « aller à la pharmacie ou à la boulangerie, juste pour entendre le son de [sa] voix ». Il y a cinq ans, elle a fini par rejoindre le Betacowork, la plus grosse communauté de coworkers de Belgique (près de cent cinquante membres), logée entre les murs d’une ancienne armurerie à Etterbeek.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct