Take Eat Easy attaqué au pénal par 109 coursiers

Take Eat Easy, start-up belge désormais liquidée, avait levé 16 millions d’euros auprès de fonds d’investissement. ©Reuters
Take Eat Easy, start-up belge désormais liquidée, avait levé 16 millions d’euros auprès de fonds d’investissement. ©Reuters

Travail dissimulé, emploi de main-d’œuvre illégale, mise en place d’un système organisé de fraude à la TVA. Les accusations visant quatre anciens dirigeants de la société belge Take Eat Easy sont lourdes. Elles sont portées par une centaine de coursiers français. Déposée ce lundi, leur plainte concerne, sans surprise, l’absence de contrat de travail malgré l’existence d’un lien de subordination les liant à la société, mais aussi l’emploi d’une main-d’œuvre non autorisée à travailler en France. Plus surprenant : les coursiers accusent l’ex-start-up d’avoir utilisé des modes de rémunération peu orthodoxes, comme le paiement en pièces détachées de vélo. Autre pratique dénoncée : « Les salaires de travailleurs en situation irrégulière étaient versés sur des comptes d’autres coursiers ou des comptes à l’étranger. »

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct