Daniel Avery Song for Alpha

<span>Daniel Avery</span> Song for Alpha

C’est une grosse tendance dans le milieu électro : chacun y va de son disque ambient. Autrefois cantonné dans la catégorie « musique pour aéroport » chère à Brian Eno (qui en a écrit les règles de base avec son bien nommé Music for Airports dès 1978), le sous-genre atmosphérique retrouve des adeptes en poussant à l’immersion à l’intérieur même des sons (mais aussi, accompagnant de plus en plus la musique, des visuels) jusqu’à les ressentir de manière physique.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct