lesoirimmo

Touche pas à mon Ellezelles

Touche pas à mon Ellezelles

Premier jour de reportage, nous rencontrons Marianne, tenancière d’un café d’Ellezelles. Elle a le blues. Ellezelles n’est pas ce qu’elle espérait. « Ici, il n’y a pas de convivialité. Ici, beaucoup de personnes vivent du chômage. Ici, c’est difficile d’être jeune. » Des propos que Denis, mon collègue de la RTBF, relate dans son carnet de bord journalier, disponible sur leur site le soir même. Et là, surprise : au lieu des quatre pauvres vues habituelles de ce genre d’article, il en a fait des milliers en une journée.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct