Comment la guerre technologique a changé la face des conflits

Tir d’un missile «
Tomahawk
» depuis le bâtiment américain Monterey, le 14 avril dernier.
Tir d’un missile « Tomahawk » depuis le bâtiment américain Monterey, le 14 avril dernier. - photonews.

Samedi dernier, très tôt le matin, les forces armées américaines, britanniques et françaises ont tiré une centaine de missiles sur trois sites militaires syriens, en représailles à l’attaque chimique présumée du régime contre la ville alors rebelle de Douma, dans la Ghouta orientale, aux portes de Damas.

Comme à chaque fois – le 7 avril 2017, les États-Unis avaient déjà lancé 59 missiles de croisière contre la base militaire d’Al Shayrat, désignée par les services de renseignement américains comme le point de départ d’un précédent bombardement chimique – ce raid a donné lieu à de spectaculaires clichés de ciel nocturne illuminé par ces terrifiantes étoiles filantes qui ont pour nom « Tomahawk » en Amérique, « Storm Shadow » en Grande-Bretagne ou « MdCN » (pour « Missiles de croisière naval ») en France.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct