lesoirimmo

Les lanceurs d’alerte seront protégés en Europe

Les personnes qui se tournent vers les médias, comme l’ancien employé de PwC Antoine Deltour dans le cas du Luxleaks, pourront être protégées dans certaines conditions.
Les personnes qui se tournent vers les médias, comme l’ancien employé de PwC Antoine Deltour dans le cas du Luxleaks, pourront être protégées dans certaines conditions. - Reuters.

Si elle semble avoir été difficile à convaincre de la légitimité d’agir sur ce dossier à son niveau, l’institution européenne n’en a pas moins ratissé large dans la proposition qu’elle présentera lundi 23 avril et dont Le Soir a obtenu les détails. Même si elle privilégie les personnes qui « sonnent l’alerte » en interne ou aux autorités, celles qui se tournent vers les médias, comme l’ancien employé de PwC Antoine Deltour dans le cas du Luxleaks, pourront être protégées dans certaines conditions.

Dans cette proposition, le diable est évidemment dans les détails. Cela fait plusieurs mois que la Commission prépare les esprits au fait qu’elle protégera les lanceurs d’alerte principalement des représailles au travail (renvoi, suspension, dégradation, harcèlement, prise de mesures disciplinaires…). Mais sa proposition contient aussi des dispositions qui auraient pu dans une certaine mesure être utiles à Deltour lorsqu’il s’est retrouvé traîné devant la justice luxembourgeoise par son ancien employeur.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct