Pourquoi le loup ne craint plus suffisamment l’homme

Loin des clichés pris dans les parcs animaliers
: un loup, saisi par un piège photographique en France.
Loin des clichés pris dans les parcs animaliers : un loup, saisi par un piège photographique en France. - D.A.

Il faut ré-ensauvager le loup ! Michel Meuret en est convaincu : en Europe occidentale, le grand canidé s’est trop habitué à l’homme. En France en tout cas, où il est réapparu en 1992, l’adage qui veut que le loup craint l’homme n’est plus vrai, juge-t-il. Spécialiste du pastoralisme, le directeur de recherche à l’Inra estime qu’il faut rétablir une « relation de réciprocité » entre l’homme et le loup afin de maintenir une « distance acceptable ». « La peur de l’homme n’est pas un comportement inné chez le loup, souligne-t-il. Il s’agit d’une attitude acquise et qui doit être constamment réinitiée ». En clair ? En France, les populations de loups n’ont cessé d’augmenter, de même que les régions où la bête est présente. Idem pour les dégâts causés aux troupeaux et ce malgré la quasi-généralisation des mesures de protection. Bref, juge-t-il, en France, la politique à l’égard du loup est un échec et ce n’est pas le dernier Plan loup qui va améliorer les choses.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct