Hadar Noiberg Open fields

<span>Hadar Noiberg</span> Open fields

La flûte ? Elle est marginale dans l’histoire du jazz. Charles Lloyd, Pharoah Sanders, Steve Houben l’utilisent, mais ce sont d’abord des saxophonistes. Et puis, l’instrument traîne depuis longtemps une réputation de mièvrerie.

L’Israélienne Hadar Noiberg veut faire mentir cette mauvaise réputation. Et son dernier album, en trio, Open Fields, y arrive vraiment. «  C’est un instrument souvent déconsidéré en effet, dit-elle lors d’un passage à Bruxelles. Mais je trouve que la flûte peut vraiment nous donner des coups de pied : elle peut avoir de la force et puis, dans les cultures orientales, c’est un instrument très spirituel. Ma mission est de montrer ce que la flûte peut avoir de puissant. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct