Tatiana de Rosnay: «Je n’ai pas fini d’explorer la famille»

«
La famille peut être un havre de paix... et un enfer.
»
« La famille peut être un havre de paix... et un enfer. » - Charlotte Jolly de Rosnay.

Le nouveau roman de Tatiana de Rosnay a des airs de fin du monde. Paris, 2018, la Seine est en crue. Toute la ville s’inquiète de la montée des eaux et de cette pluie qui ne cesse de tomber. La famille de Linden a justement choisi cette période pour se retrouver dans la capitale française afin de fêter les 70 ans du père. Dès que Linden et sa sœur Tilia rejoignent leurs parents, ils sentent que quelque chose cloche. Sentinelle de la pluie fait un parallèle entre le désastre d’une famille et les dégâts provoqués par le fleuve. Le niveau monte et installe petit à petit la tension entre les personnages.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Livres
    • d-20131107-32FMZ4_high (2)

      «Objectif plumes»: portail des littératures belges francophones

    • Les noms s’égrènent –
Beaumarchais, Beigbeder, Casanova, Sade, Dostoievski, Chester Himes, Jack London, Alphonse Boudard, Malraux, Mesrine, Oscar Wilde et Paul Verlaine...
–, les histoires scotchent le visiteur, belles et tragiques.

      Écrire, la grande évasion

    • CBBD (2)

      Panade au Centre belge de la bande dessinée

    • Miguel Angel Tovar, El Niño de Hollywood.

      Critique Une autre histoire de la violence