Mons 2018: «Niki de Saint Phalle croyait réellement que rien n’était impossible»

«
Les Baigneurs
», une œuvre sculptée en 1981.
« Les Baigneurs », une œuvre sculptée en 1981.

En 2015, Mons jouait dans la cour des grands, celle des capitales européennes de la culture. Trois ans plus tard, l’événement « Mons 2018 capitale culturelle » entend porter beau l’héritage. Le 15 septembre, l’exposition Niki de Saint Phalle, Ici tout est possible, forte de 140 œuvres originales, donnera le coup d’envoi d’une programmation plus modeste que celle de Mons 2015 mais tout aussi rayonnante d’ambition artistique.

Des toiles de Tirs abstraites, peintes à la carabine, aux Nanas sculptées de couleurs psychédéliques, les créations de Niki viendront défier les conventions au BAM, le musée des Beaux-Arts de Mons, avec une soif de liberté joyeusement provocante. Kyla McDonald, la commissaire de l’exposition, a accepté de nous en dévoiler quelques secrets en avant-première.

Quel sera le fil rouge de cette exposition ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct