À Embourg, on a tout et on le sait

Corentin Di Prima. © Bruno Dalimonte.
Corentin Di Prima. © Bruno Dalimonte.

Bienvenue chez les premiers de cordée !, pourrait-on écrire en reprenant l’expression chère à Emmanuel Macron, et en caricaturant à peine. Plus proche d’Uccle que de Seraing, de Waterloo que de Vaux-sous-Chèvremont, les habitants d’Embourg nous le répéteront spontanément tout au long de nos cinq jours d’immersion parmi eux : « Ici, on a tout ! ».

La crise de confiance mise en lumière par notre enquête Noir Jaune Blues s’est-elle hissée jusqu’à « la colline des gens heureux » ? La réponse est plutôt négative. Il faut creuser dans les discussions pour amener les citoyens à aborder les grands thèmes de notre enquête. Point de migrants, très peu de chômage ou d’insécurité. Embourg semble évoluer loin des fracas du monde.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct