«On se contente un peu trop de ce qu’on a!»

A Embourg, le paysage est à la fois bucolique et hyperurbanisé, structuré autour d’un axe principal où défilent les voitures et les bus. Hormis aux heures de pointe, c’est très calme ici. Nos déambulations ne nous offrent pas beaucoup de surprises. Mais derrière les belles façades, la vie serait-elle plus dure qu’il n’y paraît ?

« On sait que l’ascenseur social fonctionne moins bien aujourd’hui, constate Alexandre. La génération précédente a beaucoup travaillé. Nous, on est moins prêt à tout donner pour le boulot, parce qu’on veut profiter de la vie ». Plusieurs Embouriens nous ont confié que les signes extérieurs de richesse cachaient parfois des situations moins aisées qu’il n’y paraît, notamment parce qu’il y a beaucoup d’indépendants dans la commune, et qu’une année peut se révéler mauvaise, tandis qu’il faut continuer à assurer le train de vie.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct