Pourquoi le Kazakghate est, pour Patokh Chodiev, «l’affaire de sa vie»

Pour le milliardaire Patokh Chodiev, une réputation écornée coûte cher.
Pour le milliardaire Patokh Chodiev, une réputation écornée coûte cher. - Belga.

Le Kazakhgate, « c’est l’affaire de sa vie ». En prononçant ces mots devant une poignée de journalistes, le 27 avril, l’avocat bruxellois de l’homme d’affaires Patokh Chodiev, Me Pascal Vanderveeren, a donné la juste mesure des enjeux de ce démêlé politico-judiciaire aux yeux de son client. A l’occasion de cette conférence de presse, Patokh Chodiev a exigé, via son avocat, «  des excuses de la part de l’Etat belge  », qui aurait attenté à son honneur et sa présomption d’innocence au cours des travaux de la commission d’enquête parlementaire tout juste clôturée. « L’affaire de sa vie »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct